Temps de lecture : 5 min


Le piment, un ami piquant ! Actuellement en vacances en Sulawesi (Indonésie), j’ai clairement senti la chaleur passer au cours des différents repas. Il est plutôt rare de tomber sur un plat sans piment à moins de le demander. Je vous conseille cependant de vous y laisser tenter, les qualités nutritives du piment sont plutôt intéressantes ! Voyons cela ensemble…

piment

Les qualités nutritives du piment

Famille d’aliments : les Capsicum

Le piment contient de la capsaïcine, ce qui lui donne ce piquant si caractéristique. Il provoque cette sensation de brûlure sur les papilles. Plus un piment est fort, plus il est riche en capsaïcine. Cet agent n’a pas pour seul rôle de piquer, il accélère le métabolisme et aide à « brûler » les graisses. Les guillemets sont essentiels, rien ne sert de se ruer sur le piment pour mincir. Perdre du poids est un tout, s’il n’y a pas tout un mode de vie qui suit, cela risque d’être compromis ! Dans la même lignée, la capsaïcine augmente également le sentiment de satiété ce qui amène à manger légèrement moins (un bon point si l’on a la main lourde sur les doses). Cela dit, soyez prudent lorsque vous souhaitez diminuer vos quantités, vous êtes plus souvent en déficit calorique qu’en surplus calorique !

Capsicum

Le piment antioxydant :

Le piment contient de la capsaïcine, mais pas seulement. On retrouve également de la lutéoline et de la quercétine (des flavonoïdes) : pour faire simple, les cellules de notre corps sont protégées des radicaux libres (éléments toxiques). On parle alors d’action anti oxydante.  

Le piment et ses vitamines :

La couleur vive du piment (rouge) indique sa teneur élevée en bêta-carotène ou en pro-vitamine A. Seulement deux cuillères à café de piment rouge fournissent environ 6% de la valeur quotidienne de la vitamine C et plus de 10% de la valeur quotidienne de la vitamine A. >> Souvent appelée vitamine anti-infectieuse, la vitamine A est essentielle à la santé des muqueuses, qui tapissent les voies respiratoires, urinaires et le tractus intestinal. Elles servent à défendre l’organisme des premiers agents pathogènes (=facteur de maladie).

Le piment contient d’autres Vitamines, comme la Vitamine B6 (agit sur les globules rouges et le système immunitaire), de la Vitamine C (agit sur les dents, les os, les cartilages, la cicatrisation, l’absorption du fer, les infections…), de la vitamine E -alpha-tocophérol- (agit sur les radicaux libres, les cancers, le système cardio-vasculaire, le système nerveux central), de la Vitamine K (agit sur la coagulation sanguine et sur le foie), et de la Vitamine PP (agit sur la fatigue, la peau, l’appétit, les problèmes psychiques). Rien que ça !

Des oligo éléments pour le piment :

Mais cela ne s’arrête pas là : le piment est riche en oligo-éléments. Rapidement, on retrouve du Cuivre, du Fer, du Manganèse, du Magnésium, et du Potassium. Si les oligo-éléments vous intéressent, j’en écrirai un article.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Le piment, c’est chouette ! Oui ça pique, mais tout est question de dosage, ajustez simplement à votre seuil de tolérance. Ici, en Sulawesi, je demande « no spicy » car il y en aura toujours, ça fait parti du plat, mais ainsi, je me retrouve avec des quantités bien plus raisonnables, qui correspondent plus !

Pourquoi consommer du piment ?

Ça vaut le coup de pimenter ses assiettes, car à la suite de nombreuses études scientifiques dans plusieurs pays, il en résulte que la consommation du piment a clairement des effets bénéfiques sur la santé. Sa composition est particulièrement intéressante (comme vu ci-dessus)

pimenter ses assiettes

Le piment agit favorablement sur la digestion des aliments et l’absorption de leurs nutriments. Notez que l’absorption est plus importante encore que la digestion.

Il « détoxifie » l’organisme en l’aidant à éliminer les déchets. Je n’aime pas le terme détoxifier, mais c’est plus pour imager. Sachez que le foie est le filtre de notre corps. Donc à part lui, rien ne détoxifie, mais disons que certains aliments l’aident plus ou moins.  

Mi goreng

La capsaïcine qu’il contient réduit (ne guérit pas) les douleurs type arthrose, rhumatisme et arthrite. Il stimule également les sécrétions qui aident à dégager le mucus de votre nez bouché ou de vos poumons congestionnés. On intègre du piment à nos recettes sans hésiter si l’on a un petit rhume. En quelques sortes, on peut dire qu’il renforce l’immunité.

Côté maladie, type diabète, cholestérol et autres, on retrouve des actions bénéfiques dans le piment, mais je ne peux pas me permettre d’aller plus loin. Je m’adresse aux personnes bien portantes. Je vous recommande de vous tourner vers votre médecin traitant ou la personne qui vous suit.

Contre-indication au piment

Pas de stress, je ne vais pas contre-écrire tout ce que je viens d’expliquer. Simplement, il me semble bon de rappeler que les excès ne font jamais bon ménage. Rien ne sert de surconsommer cet aliment, comme n’importe lequel d’ailleurs.

Notez qu’il ne faut jamais appliquer du piment sur les yeux, sur une plaie, sur les muqueuses, ou sur une inflammation (ça me parait plutôt évident, quand même).
Il ne faut pas consommer de piment dans les cas suivants : reflux gastro-oesophagien, syndrome de l’intestin irritable, hémorroïdes, chez un enfant de moins de 2 ans, en cas de doute, consulter votre médecin.  

Note : Les piments ont parfois la mauvaise réputation de contribuer aux ulcères d’estomac. C’est une fausse croyance (à moins peut-être d’en surconsommer ?) : ils ne causent pas d’ulcères, au contraire, ils peuvent aider à les prévenir en tuant les bactéries que vous avez peut-être ingérées, tout en stimulant les cellules qui tapissent l’estomac pour sécréter des jus protecteurs (effet tampon).

Conseil pour préparer et consommer les piments

Lorsque vous manipulez et cuisinez des piments, la capsaïcine peut causer une sensation de brûlure grave si elle touche votre peau ou vos lèvres, ou entre en contact avec vos yeux. Pensez simplement à vous laver les mains après les avoir manipulés.

précaution piment

Pour consommer du piment, il suffit d’en mettre dans vos plats, découpés en petits morceaux (tout petits) ou d’en saupoudrer (s’il est en poudre).

Si vous ne pouvez pas supporter la chaleur, rafraîchissez-vous avec un verre de lait. Une protéine du lait appelée caséine peut aider à éteindre le feu de la capsaïcine. C’est dans les matières grasses que la capsaïcine se dissout. Dans l’eau, elle est soluble. Et si le lait ne suffit pas, essayez avec une cuillère d’huile d’olive !

piment qui brûle

Si, vous aussi, vous aimez consommer du piment, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour partager vos plats pimentés !

Comments (1)
  1. Pingback: Mes astuces pour lutter contre le froid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *